La transformation digitale des régies, le chemin de la croissance

Régies presse, affichage extérieur, imprimé publicitaire ou encore radio, que doivent-elles faire pour tirer avantage de la croissance soutenue du marché de la publicité digitale : hausse de 13,4% des investissements média online vs. baisse de -1,6% dans les autres médias en 2019* ? La réponse se trouve dans leur capacité à proposer une offre de communication 360 combinant médias offline et médias digitaux tels que Google Ads, Facebook Ads ou encore Display.

La marge brute sur une vente digitale sera probablement moins forte que sur une vente de média offline où elle peut avoisiner les 70% mais cette digitalisation est nécessaire voire inévitable à plusieurs titres.

Elle répond aux attentes des annonceurs.

Aller simplement chercher les consommateurs là où ils sont. En 2019, 77% des Français de plus de 12 ans sont équipés d’un smartphone**, le mobile devient un média incontournable. La crise liée au Covid 19 n’a fait qu’accentuer l’essor de la consultation des médias digitaux et la fragilisation des médias traditionnels. Les annonceurs sont contraints de digitaliser leurs supports de communication pour s’adapter à cette évolution.

Une campagne 360 on et off permet de décupler la puissance du dispositif de communication proposé par les régies.

En positionnant ce dispositif sur les différents points de contacts du consommateur, ce dernier est exposé à de multiples médias on et off tout au long de sa journée. Le message publicitaire est plus efficace et susceptible d’agir sur les achats lorsqu’il résonne à l’unisson sur tous les écrans ou supports que le consommateur consulte.

L’offre digitale muscle la démonstration de performance et de rentabilité pour l’annonceur.

Alors que les médias offline s’appuient sur des indicateurs de panels ou d’estimations de trafics et d’audiences en masse, les médias digitaux offrent un bilan de résultat à la fois impactant et précis : nombre d’affichages, de clics voire de conversions avec des données riches sur les profils des cibles effectivement touchées. La puissance des audiences et la précision de la data du digital booste l’attractivité de l’offre média des régies.

Elle permet de capitaliser sur la présence de la force de vente en local.

Les commerciaux peuvent s’appuyer sur la proximité et le relationnel déjà bien tissé avec leurs clients annonceurs, permettant le développement de l’offre complémentaire et l’upsell sans augmenter drastiquement le cost to serve ou coût commercial des régies. Elle procure aussi une arme anti-churn redoutable aux commerciaux pour rattraper un client annonceur qui veut transférer son budget de média offline vers le digital, évitant aux régies de perdre le client.

Les régies trouvent ainsi un relai de croissance pour contrer la stagnation voire la baisse des médias offline. Les médias traditionnels comme la presse et l’affichage extérieur ne font pas différemment: ils résistent eux-mêmes à l’érosion grâce à la digitalisation de leurs propres supports (presse digitale consultée sur fixe et mobile ou encore les panneaux Digital Out Of Home).

Les annonceurs en local investissent déjà ou investiront tôt ou tard dans le digital

En faisant appel à une agence de communication, une régie déjà digitalisée ou parfois par eux-mêmes… Est-il plus préférable pour la régie de prendre cette part du gâteau ou laisser échapper la clientèle à la concurrence ?

Cette transformation n’est pas si difficile, chronophage et coûteuse, à condition de bien s’y prendre. Contactez DeepReach pour savoir comment notre technologie peut aider à faire décoller la croissance digitale des régies.

Sources :

*Étude BUMP, baromètre unifié du marché publicitaire en France 2019, France Pub – IREP – Kantar média

**Baromètre du numérique 2019, Crédoc

Nam Phuong Nguyen Huynh

Nam Phuong Nguyen Huynh

VP Sales et Marketing Mid Market

Call Now Button