Faire sauter les derniers freins à la digitalisation pour s'adapter aux nouveaux modes de consommation

Plus que jamais, il est difficile de prédire les tendances économiques de la rentrée prochaine, et à fortiori, du dernier trimestre 2020. Les entreprises vont-elles ralentir leurs investissements et réduire leurs coûts, ou au contraire repartir en conquête ? Les consommateurs seront-ils au rendez-vous ? 

La sortie de crise a montré des stratégies très différentes chez les entreprises. Certaines ont adopté une approche prudente, d’autres ont été très offensives pour stimuler la demande et la consommation et ont réussi à creuser l’écart. 

Dans chaque secteur (GSA, GSS, Immobilier, Auto…), des leaders se sont démarqués sur leur marché dans un contexte de changement d’habitudes de leurs clients : consommation plus réfléchie, croissance du e-commerce de proximité, retour en magasin de façon sélective… Parce qu’ils ont su très vite intégrer ces changements, ils ont adapté leurs stratégies de communication avec :

  • des messages et des prises de paroles autour d’une consommation et un mode de vie plus responsable 
  • des stratégies médias digitales favorisant la proximité et l’omnicanal local (e-commerce de proximité, click & collect, back to store…)

Durant cette période, ces mêmes annonceurs ont réussi à déployer ces nouvelles stratégies médias en faisant sauter les freins à la digitalisation

  • une organisation unique pour gérer l’acquisition e-commerce et drive to store (autrefois opposés) pour stimuler le multicanal et éviter la cannibalisation entre les canaux ; autrement dit, l’annonceur pilote ses ventes e-commerce et magasin ensemble sur chaque zone de chalandise précise
  • Une implication des responsables locaux dans ces stratégies digitales locales, en leur donnant accès aux outils digitaux, sous contrôle de l’enseigne ou la marque
  • La mesure des impacts réels de ces stratégies en pilotant les bons indicateurs économiques adaptés (visites en magasins, prise de rendez-vous, ventes…)
  • L’amplification des investissements offline grâce au digital (et non la substitution) pour obtenir les meilleurs performances territoire par territoire.

Ces entreprises sortent gagnantes de la crise et préparent leur rentrée sur le même schéma, avec le maintien des investissements sur ces stratégies pour garder leur avantage concurrentiel.

Chaque secteur d’activité va voir ses parts de marché être redistribuées dès la rentrée. Une opportunité à saisir pour toutes les entreprises.

Jean-Charles Brandely

Directeur Général Adjoint

Call Now Button